BONJOUR

« J’accompagne les femmes épuisées à transformer leur vie pour retrouver l’espace et le temps d’être soi et impacter le monde grâce à leurs talents »

Catherine Delbar

Catherine Delbar villers la ville

Maman de trois grands enfants, plus de 50 ans, je suis heureuse aujourd’hui d’accompagner – grâce aux outils du coaching et de la bioénergie – les femmes qui  souhaitent vivre alignée, retrouver leur joie de vivre, rayonner et exprimer leur plein potentiel. 

Là où tout a commencé

Universitaire en Sciences du Travail, j’ai été salariée pendant plus de 20 ans. En 2016, j’étais en train de m’épuiser depuis plusieurs années dans un travail qui me demandait énormément d’énergie, pour un combat qui n’était pas le mien. Sur le peu de temps libre que me laissait ce travail, je courais dans tous les sens pour m’occuper du mieux que je pouvais de mon couple, de mes enfants, de ma maison, de mes amis. Même les vacances ne me sortaient pas d’un état permanent de stress et de fatigue.

Je serai probablement encore occupée à vivre la vie de quelqu’un d’autre, à fonctionner par devoir et être insatisfaite de ne pas arriver à en faire davantage si mon corps ne m’avait pas lâché du jour au lendemain, si je ne m’étais pas retrouvée incapable de me lever le 2 juin 2016.

En fait, à cette époque, je travaillais presque nuit et jour. Je répondais à mes mails à partir de 4h du matin, je mangeais mal à midi en vitesse sur mon ordi, pour finir tard mes journées frustrée de ne pas pouvoir clôturer les dossiers en cours. 

Je retrouvai ma famille en étant stressée et j’avais un contact avec mes proches limité aux choses essentielles, aux choses à faire, souvent dans l’énervement. Mes weekends servaient à récupérer un peu et à préparer la semaine suivante. Je vivais dans un cycle infernal de choses à faire, en étant continuellement sous stress.  

J’étais insatisfaite de ne pas pouvoir passer plus de temps avec mes enfants, mon homme, ni de pouvoir prendre plus du temps pour moi. De plus, je devenais de moins en moins efficace à mon travail et me sentais de plus en plus en décalage entre la qualité du travail que je souhaitais atteindre et mes résultats. J’avais de moins en moins de capacité à gérer mon stress et prenait la mouche pour un rien. J’ai commencé à juger les autres et je les blâmais.

La chute

Tout a changé quand du jour au lendemain, je me suis retrouvée incapable de me lever, je pleurais pour un rien.Je ne me reconnais plus, terrorisée à l’idée de sortir de chez moi. Je n’arrivais plus à organiser les choses, à conduire ma voiture, ma mémoire me faisait défaut. Je prenais tout comme une agression et n’avais plus la force de réagir. 

Mon médecin m’a prescrit un temps de repos nécessaire d’abord d’une semaine, puis d’un mois, puis encore un, puis encore un…  J’étais angoissée car je ne comprenais pas ce que je vivais et n’en voyais pas la fin. Je me sentais isolée. Et j’étais anxieuse et hyper stressée à l’idée de devoir retourner travailler dans ces conditions, avec ce corps qui ne me répondait plus. Je me sentais nulle et incapable, je pensais ne plus pouvoir retravailler du tout. 

Pourtant, cette période a fait naître en moi progressivement l’envie de : 

  • Me recentrer et redevenir la femme que je souhaitais être; celle qui est en joie, épanouie dans son travail et qui contribue à un monde meilleur, 
  • Etre la mère que je souhaitais être, douce et bienveillante avec mes enfants et pas dans l’agacement et l’énervement, 
  • Etre l’épouse que je souhaitais être, celle qui est dans l’échange et le partage, 
  • Etre l’amie que je souhaitais être, disponible et joyeuse plutôt qu’absente car trop occupée
  • Au final, celle qui sait qui elle est et qui met son énergie dans ce qui compte vraiment pour elle

Le choix à faire

Jusqu’alors, je pensais que je devais m’adapter en permanence aux autres, à la société, en me formant à être quelqu’un d’autre. Je n’avais pas confiance en moi pour exprimer mes besoins, je pensais que je n’avais pas le choix. Et je ne voulais pas mettre ma famille en difficulté financière, alors je travaillais pour payer les factures, offrir des vacances, etc, dans un travail qui n’était pas complètement aligné avec qui j’étais. 

Quand je suis tombée en incapacité de travail de longue durée, j’ai eu un choix à faire.

  • Soit attendre que ça passe et retourner comme si de rien n’était travailler, ce qui aurait été insupportable car je ne voulais surtout pas devoir prendre des antidépresseurs, ni revivre le niveau de stress que je m’infligeais ni les tensions vécues 
  • Soit continuer dans la même direction à partir de ce que j’avais toujours fait mais simplement ailleurs, en adaptant les contours (un autre service? un autre employeur? un autre job du même genre?), ce qui n’aurait fait que déplacer le problème et me maintenir dans un état d’insatisfaction
  • Soit de changer, de décider de vivre cette période de burnout comme une période d’apprentissage pour mieux me reconnecter à mon corps et mon intuition, savoir qui j’étais et comment exprimer mes besoins et mes talents pour aller vers le job qui me conviennent, celui que j’allais définir à partir de mon centre.

J’ai alors décidé de faire le nécessaire pour vivre cette période de manière authentique, connectée à mon intuition et pour trouver une activité professionnelle qui ait du sens pour moi afin que je puisse transmettre mes valeurs à mes enfants et prendre ma juste place dans ce monde !

Mais comment faire?

Le truc c’est que je n’avais plus d’énergie et je ne voyais pas clair tellement j’étais épuisée. Je me sentais en décalage, en perte d’estime de moi- même. Etais-je capable d’y arriver? Et combien de temps cela allait durer?  Sans énergie et sans but clairement défini, j’ai cherché à me reconstruire seule. 

 Je faisais de mon mieux pour m’en sortir tout en ne sachant pas vers où aller.

Mais je n’arrivais pas à concilier le fait de guérir avec l’idée que je ne retournerai pas sur mon lieu de travail précédent. Si je guérissais , c’est que je devais retourner au travail. Si je ne guérissais pas, je me sentais prise dans un état qui n’était pas moi… Le dilemme !

Ce qui fait que je suis restée longtemps en incapacité de travail, écartelée entre l’idée de guérir et celle de ne pas retourner vers le travail qui m’avait épuisée. Tout en me sentant extrêmement coupable de ce qui m’arrivait. 

Et plus cela durait, plus je risquais d’avoir de grosses difficultés financières, ce qui m’angoissait.

En plus, je me sentais mal parce que je passais à coté d’activités familiales, sociales que j’étais incapable de faire pour mes enfants, mes amis, mon réseau social, ma famille, mon couple. 

Je me sentais responsable et incapable d’agir en même temps dans un monde inconnu !

 

Je me sentais comme une vielle voiture incapable de rouler sur une autoroute rapide, en complet décalage avec mon entourage.

Heureusement

C’est à ce moment que j’ai découvert la bioénergie et le coaching. Progressivement, 

  • j’ai compris comment fonctionne mon corps énergétique
  • j’ai appris à interpréter les messages que m’envoie mon corps. 
  • j’ai appris à densifier mon corps énergétique
  • j’ai retrouvé un niveau d’énergie suffisant pour être en joie
  • avec le coaching, j’ai compris qu’il fallait que je concentre toute mon énergie dans ma transformation pour aller vers une reconversion professionnelle
  • j’ai également découvert que je pouvais m’en sortir plus rapidement si j’étais accompagnée par quelqu’un de confiance, qui comprenne ce que je vivais et qui m’aide à me concentrer sur cette transformation

J’ai décidé de passer à la vitesse supérieure

C’est alors que j’ai réalisé que le secret pour vivre cette période de burnout comme une période d’apprentissage pour mieux me reconnecter à mon intuition, savoir qui je suis et comment être utile était de mettre toute mon énergie disponible (le peu qu’il m’en restait) dans le travail de ma transformation.

J’ai fait un gros travail sur moi. 

  • J’ai appris les techniques de la bioénergie pour ressentir mon corps énergétique et apprendre à le modifier. 
  • J’ai appris les techniques du coaching en me formant à l’Institut de Coaching International de Genève et suis devenue certifiée MasterCoach.
  • Je me suis formée pour libérer mes croyances limitantes, pour apprendre à devenir indépendante, exercer un nouveau métier

Tout ça m’a permis de reprendre une activité professionnelle qui me convenait, à mon rythme, avec mes compétences, une activité qui me mettait en valeur.  

J’ai davantage exploré les bienfaits de la bioénergie associée au coaching et j’ai découvert le FENYX, un appareil de biorésonance capable de capter notre signature vibratoire et de la traduire en schémas de pensée. Ce fut une révélation. Un appareil était en mesure de combiner mes deux passions: la bioénergie et le coaching. Depuis lors, je l’utilise dans mes accompagnements pour augmenter notre champ de conscience et visualiser les problématiques et qualités que nous sommes en train de rayonner. 

J'ai créé l'accompagnement ETRE SOI 🌻

Aujourd’hui, au travers de l’accompagnement ETRE SOI 🌻, je suis heureuse d’accompagner les femmes épuisées à traverser cette épreuve à leur rythme tout en étant concentrée sur leur transformation. 

J’utilise les techniques du coaching et de la bioénergie pour qu’elles obtiennent de l’Espace, du Temps, des Relations, de l’Energie qui leur permettre de se connecter à SOI et de se définir une trajectoire sans être parasitée par les avis externes ni le sens du devoir.

Ca me permet de vivre une vie heureuse, en étant reliée à mes talents, mon expérience et mon envie d’impacter le monde.