Burnout

Les symptômes du Burn out

Quand on est épuisé

Dans un article précédent, je vous ai présenté les trois dimensions du burnout qui permettent de définir ce qu’est le burnout: l’épuisement, la dépersonnalisation et la chute de l’estime de soi. 

Qu’en est-il des symptômes? Des conséquences de cet épuisement chronique?

Le stress, c'est bon ou pas bon pour notre corps?

Ce dont il faut se rendre compte, c’est que de manière générale, le stress n’est ni bon, ni mauvais. Il est utile quand il s’agit de nous faire avancer, de réagir, d’apporter une réponse à une agression, de se mettre en action. Par contre, il y a d’autres moments où ralentir la cadence est nécessaire pour récupérer. 

Pour bien comprendre comment notre corps fonctionne par rapport au stress, un petit détour vers notre chimie interne est nécessaire.

Les systèmes nerveux autonomes du corps humain

Une partie du fonctionnement de notre corps se régule de manière automatique via nos systèmes autonomes. Heureusement, on ne doit pas réfléchir pour activer sa respiration, ni son rythme cardiaque, etc. 
Certains systèmes automatiques, le système sympathique et le système para-sympatique, agissent tous les deux dans une sorte d’équilibre entre les fonctions de mise en action et celles de récupération :
  • Le système sympathique agit comme un accélérateur; il nous prépare à l’action. Dans ce système, notre cerveau envoit des neuro-transmetteurs (adrénaline, noradrénaline) qui servent à dilater les bronches, accélérer le système cardiaque, le système respiratoire, augmenter la tension artérielle, la respiration, la transpiration…
  • Le système para sympathique, lui, inversement, agit comme un frein. Il nous permet de nous régénérer, de digérer, de nous relaxer. Il va envoyer d’autres neuro-transmetteurs comme l’acethylcoline qui permettent de ralentir le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, de bien dormir, bien digérer, saliver, …

La question n’est donc pas de se demander si c’est bon d’être stressé ou pas, car nous avons besoin du stress pour vivre et avancer. C’est une réaction saine que de se mettre à courir face à un danger. Imaginez la gazelle qui médite face au lion, …. elle ne ferait pas long feu ! 

Non, il s’agit plutôt de bien équilibrer nos deux systèmes, d’action et de récupération. 

Nos phases de récupération

Après un moment de stress, notre corps a besoin d’une pause de récupération. Cette phase permet d’enclencher une autre chimie en nous.  

Là où ça devient plus compliqué c’est quand le stress devient récurrent, et qu’il s’accumule. Les phases prévues normalement de récupération après le stress diminuent. On ajoute alors du stress au stress. Dans une sorte d’emballement, vers plus de stress… 

Notre corps a une capacité d’adaptation extrême; il peut donner beaucoup sous stress. L’adrénaline peut aussi est une substance quel l’on recherche (dans les sports de hauts niveaux, les expériences dangereuses, …) pour la dose de plaisir qu’elle peut apporter aussi. 

Mais attention car trop d’adrénaline use notre corps… Tout est question d’équilibre ! 

Un exemple simple, c’est la production de salive. Sous stress, le corps ne va pas se permettre de produire de la salive. Il n’a pas besoin de mettre de l’énergie là dedans… Il le fera plus tard. Mais si on reste dans cette posture de stress, le manque de salive peut entrainer des perturbations du système digestif. Inversement, quand on se relaxe, qu’on médite, on peut ressentir une accumulation de salive dans notre bouche, signe que le corps a commencé à produire la chimie de la récupération.  

Comment devient-on épuisé?

En situation de burnout, notre corps a fonctionné sous adrénaline pendant un certain temps, sans arriver à récupérer.

Les symptômes d’un corps en burnout peuvent toucher toute une série d’organes différents, de glandes différentes ayant des conséquences sur les émotions, sur la concentration, le comportement. 

Avec la liste ci-dessous, vous trouverez une série de symptômes courants lors qu’on est en burnout. Attention, cette liste ne sert pas à décrire TOUT ce que vous DEVEZ avoir quand vous êtes en burnout. L’idée ici, c’est de vous dire que si vous ressentez certaines choses, ou si vous constatez certaines comportements, c’est peut-être du au stress accumulé. Dans l’idée de mieux comprendre ce que vous vivez ! 

Les manifestations PHYSIQUES 

les plus fréquentes

  • Troubles du sommeil : on a du mal à s’endormir, ou du mal à se réveiller. On se réveille en pleine nuit avec des insomnies.
  • Fatigue chronique : on se lève très fatigué malgré une nuit de sommeil. Et même après des vacances, on est crevé! 
  • Tensions musculaires avec douleurs rachidiennes (mal de dos).
  • On grossit plus ou on maigrit plus 
  • On a des maux de tête, des nausées, des vertiges…

Les manifestations EMOTIONNELLES 

les plus fréquentes

  • On peut avoir un sentiment de perte de contrôle 
  • Des difficulté à réguler ses émotions (peurs mal définies…) ou bien aucune manifestation… 
  • Une humeur triste, un manque d’entrain… 
  • Une irritabilité, une hypersensibilité
  • On est rarement dans le moment présent ni dans la jouissance de l’instant, comme si notre joie de vivre avait disparue
  • On peut paraitre distant, inhibé, indifférent ou dans la plainte et la critique…

Les manifestations COGNITIVES

les plus fréquentes

  • On a flexibilité mentale moindre, s’il faut s’adapter c’est plus compliqué
  • Une rumination permanente sur des problèmes uniquement professionnels (pensées parasites)
  • Une altération des capacités de traitement de l’information 
  • Une diminution de la concentration
  • Des difficultés à réaliser plusieurs choses à la fois, à nuancer, à prendre des décisions
  • On se surprend à faire des erreurs, des fautes, à oublier des infos ou des rendez-vous, …

Les manifestations COMPORTEMENTALES 

ou interpersonnelles 

  • On peut s’isoler, se replier sur soi
  • On peut avoir moins d’empathie 
  • Développer un ressentiment , avoir un comportement agressif ou  violent…
  • On est moins tolérant à la frustration 
  • On peut développer des comportements addictifs (alcool tabac, tranquillisant, drogue… ) 

Les manifestations motivationnelles, « L’ATTITUDE »

  • On prend du recul, on se désengage
  • On se sent déprécié dans son travail
  • La motivation baisse, le moral est en berne 
  • Les valeurs associées au travail s’effritent 
  • On se remet en cause professionnellement
  • On doute de ses capacités à faire son travail comme avant … 
  • On se dévalorise

Les manifestations physiques non spécifiques

  • Asthénie (une dégradation de l’état général, une fatigue générale)
  • Troubles musculosquelettiques (mal dans le bas du dos, à la nuque, …)
  • Crampes, 
  • Céphalées, Vertiges,
  • Troubles gastro-intestinaux

Et alors, on fait quoi quand on est épuisé?

Evidemment, lire tout ce qu’on pourrait avoir comme symptôme, n’est pas très joyeux. 

Alors pourquoi c’est important de savoir tout cela? 

Parce qu’il arrive qu’on ne comprend plus trop comment notre corps fonctionne et qu’on s’inquiète. Alors si vous avez l’impression de retrouver des symptômes de cette liste, il est peut-être possible que cela soit du au stress. 

Il est peut-être temps de penser à enclencher des phases de récupération pour retrouver cet équilibre qui permet d’aller loin avec un corps en bonne santé! 

… et pour vous accompagner sur ce chemin, je vous propose mes services en tant que coach, bioénergéticienne, et spécialisée dans l’accompagnement des personnes épuisées

Partager le post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *